Écrit par La Fabrique Aviva

Cet article vous est proposé par la Fabrique Aviva et MakeSense. 

 

Ça y est, vous avez franchi le pas ! Après mûre réflexion, vous avez décidé de plaquer votre (bullshit ?) job pour vous consacrer pleinement au développement de votre projet social qui va changer le monde, en mieux. Bravo à vous, car cela demande une sacrée dose de courage.

Voici quelques conseils pour vous accompagner au mieux dans le début de cette aventure :

#1 Claquer sa dÉmissioN en moonwalk


Il va sans dire que démissionner avec classe est une étape essentielle pour asseoir sa business credibility. Lors de votre pot de départ, que vous ne manquerez pas d’organiser en fanfare à grand renfort de cotillons et de paillettes biodégradables, n’hésitez pas à raconter votre projet à qui veut l’entendre entre deux chips au vinaigre et trois verres de vin rouge. Faire ses cartons et rendre son badge ne veut pas dire couper les ponts avec son ancienne boîte et ne vous empêchera pas d’aller boire des coups avec vos anciens collègues parce que 1/ils sont quand même super cools, 2/ça reste un excellent moyen d’entretenir son réseau.

La Fabrique Aviva revient !

Redécouvrez les gagnants de l’année dernière et préparez-vous pour la nouvelle édition !

#2 Chercher une équipe de choc

Plus on est de fous, plus on rit. Accessoirement, s’entourer de gens de confiance qui ont envie de participer à ton projet et devenir, pourquoi pas, vos futurs associés, semble un excellent moyen de se motiver mutuellement quand on a un coup au moral et pour créer de l’émulation. Vous ne savez pas où trouver ces perles rares ? Participez à un SwitchUp challenge dans votre ville !

 

#3 Parler de son projet à la terre entière, à VOTRE grand-mère, a ton neveu, au boulanger, au cousin de la femme de Jean-Michel

Est-que votre projet est compréhensible ? Est-ce qu’il rencontre l’adhésion de gens qui ne sont pas dans votre bulle ? Le meilleur moyen pour le savoir est de souler partager autant que possible des ambitions dudit projet à son entourage. Et puis, sait-on jamais : peut-être que Michel connaît Michelle qui connaît Michella qui s’avère être super intéressée pour vous donner un coup de main. Les bons contacts se cachent parfois dans les endroits les plus improbables (proverbe de la Silicon Valley).

 

#4 Trouver des endroits cools pour travailler

Votre chambre n’est peut-être pas l’endroit idéal pour faire des rendez-vous avec de futurs investisseurs ou des réunions avec votre équipe. Non pas qu’ils n’apprécient pas la vue sur votre canapé-lit et ton mug à l’effigie de Yunus, hein? Mais peut-être qu’ils préfèrent être assis autour d’une table dans un endroit (vraiment) confortable. D’autant plus qu’il existe une infinité de lieux de co-working propices à la productivité et aux réunions en tout genre. Une étude montre même que 74% des co-workers sont plus productifs quand ils sont entourés d’autres co-workers.

 

#5 Faire un plan d’action sur 6 mois en 67 étapes

Une sorte de méga TO DO qui détaille votre plan d’action par mois et donne une direction commune à toute l’équipe pour construire une stratégie long terme. Le but ? Que tous les gens impliqués dans le projet (dont vous-même) soient alignés sur les objectifs et les étapes pour atteindre la gloire et l’impact social.

 

#6 Lancer VOTRE page Facebook,Twitter, Instagram


Si ton projet n’en est encore qu’au stade d’ébauche et que vous n’avez pas encore les sous ou les compétences pour créer votre propre site internet, une page Facebook reste la meilleure vitrine pour ton projet. C’est l’endroit adéquat pour annoncer les dernières nouveautés, encourager les gens à voter pour votre projet lors de la Fabrique Aviva, ou participer à votre campagne de crowdfunding. Ne pas sous-estimer l’effet « boule de potes » qui permet d’accumuler les likes et maximiser sa visibilité sur les internets.

 

#6 Organiser un hold-up

Vous avez ce problème qui vous trotte dans la tête et vous n’arrivez pas vous en dépêtrer ? Organisez un hold-up avec MakeSense ! Le concept ? Un atelier de créativité où une vingtaine de personnes viennent vous aider à résoudre votre problème grâce à une méthodologie impliquant beaucoup de post-its et de bonne humeur. Chacun peut proposer son défi partout en France, rendez-vous ici.

 

#7 Lister les gens qui peuvent VOUS donner de l’argent et faire la tournée DES (po)poteS


Ne nous voilons pas la face : un des défis les plus importants pour un entrepreneur qui vient de plaquer son job n’est pas la couleur de son nouveau logo mais bel et bien de se nourrir, se loger sans avoir un salaire fixe, vu qu’il a plaqué son job pour se lancer dans la belle aventure de l’entreprenariat. Sans compter qu’il va en falloir des sous pour monter ce projet. La famille, des potes proches mais aussi les banques peuvent donner un coup de main, ça ne coûte rien de demander.

 

#8 Boire des cafés avec un maximum de gens, notamment d’autres entrepreneurs sociaux


Les gens qui ont fondé des boîtes sont passés par cette étape de « J’ai quitté mon job, now what ? » et nul doute que parler avec d’autres entrepreneurs qui sont à des étapes plus ou moins avancées de leur projet vous aidera à éviter leurs erreurs et à comprendre les clés de leur succès.

 

#9 Parler avec le public auquel s’adresse la solution

En tant qu’entrepreneur social, votre but est normalement d’avoir un impact positif sur autrui et le monde qu’on souhaite laisser à tes enfants. Si vous souhaitez améliorer le lien inter-générationnel, l’intégration des SDFs dans le monde du travail, la place des femmes dans la société, il faut parler à un maximum de vieux, de SDFs et de femmes.

 

#10 Devenir un expert sur la cause qu’on défend


Pour avancer dans le bon sens, il est important de se renseigner au maximum sur la cause qu’on adresse. Vous pourrez donc constituer une liste de livres de référence, de podcasts, d’articles et bachoter jusqu’à devenir incollable sur la situation et sortir les statistiques à la virgule près.


Vous êtes en train de monter votre projet et souhaitez un coup de pouce, allez jeter un œil à la Fabrique Aviva !