Écrit par Aurore Le Bihan

Combien de fois la phrase « Nan mais, tu vois, j’aimerais bien faire un truc pour sauver la planète et aider mon prochain MAIS… » a-t-elle été prononcée depuis le début de l’humanité ?

Un bon milliard de fois, au bas mot et au doigt mouillé. Petit florilège des excuses qui ne tiennent pas la route.

#1 « J’ai pas le temps »

via GIPHY

Nos vies trépidantes nous donnent l’impression d’être pressés comme des citrons qui prendraient le métro à l’heure de pointe.

Au-delà d’une réflexion à avoir sur la raison pour laquelle on court dans tous les sens, notre taux de productivité a explosé en cinquante ans, il existe plein de manières de changer le monde sans partir un an dans le fin-fond du Pérou sauver des bébés lamas.

L’astuce de MakeSense STORiES pour se rendre utile quand on a pas le temps :

Tu as trois minutes ? Signe une pétition. Qui sait, elle finira peut-être sur le bureau d’un député et fera pencher la balance. Ou participe à une campagne de crowdfunding.

Tu as deux heures trente ? Rends-toi à un hold-up et aide un entrepreneur social à résoudre son défi pressant.

Tu as 2 heures par semaine dont tu ne sais que faire ? Va voir le centre social de ton quartier. Ils recherchent souvent des bénévoles pour les aider dans différentes actions, que ce soit pour donner des cours de français ou faire de l’accompagnement scolaire.

 

#2 « Je ne sais pas par où commencer »

via GIPHY

Ça peut sembler basique mais il suffit parfois de parler à son entourage de son envie d’aider pour se rendre compte que Lucien participe à des campagnes de sensibilisation contre le gaspillage et Lucette est bénévole aux restos du coeur. Tu as cliqué sur cet article, c’est que tu as envie de faire quelque chose d’utile. Peut-être est-il LÀ, ce commencement.

 

#3 « J’ai pas d’argent »

via GIPHY

Ok, tu es fauché et tu ne peux donc pas donner l’équivalent du PIB portugais pour la bonne cause, tel un Bill Gates ou un Léonardo DiCaprio. Mais tu as sûrement un milliard d’autres qualités que tu peux mettre au service des autres. Un cerveau, des bras, des yeux, du temps, une médaille d’or aux JO du yoyo ou un talent pour optimiser la recette du fondant au chocolat, comme ça, au pif.

L’astuce de MakeSense STORIES : 

Charity recense des missions bénévoles ponctuelles partout en France !

Envoie un petit message au Carillon, ils ont besoin de bénévoles partout en France pour aller démarcher des commerçants pour qu’ils proposent des services aux SDF.

Tu sais écrire ? Réaliser ? Contribue chez MakeSense STORiES (coucou) et informe les citoyens grâce à des histoires inspirantes partout dans le monde.

 

#4 « S’engager c’est quand même pas ce qu’il y a de plus fun… »

via GIPHY

Tu as déjà vécu une Disco Soupe ? Tu savais que tu pouvais faire la teuf en aidant les réfugiés ? Bah voilà.

 

#5 « Je n’aime que l’argent et je pense que ma vie sera réussie quand je serai ENFIN propriétaire d’une Rolex »

via GIPHY

Déso, on va pas pouvoir grand chose pour toi. En même temps, il y a très peu de chances que tu aies cliqué sur cet article.

 

#5  « M’engager, c’est avant tout participer à des missions bénévoles (et j’ai pas le temps, voir #1) »

via GIPHY

L’autrice de ces lignes a développé une allergie au mot ‘consom’acteur’ mais concède que ce mot veut bien dire ce qu’il veut dire. Ha, c’est sûr que ça fait moins briller de clamer sur les toits « j’ai résisté à l’envie d’acheter un pull dans une enseigne de fast fashion aujourd’hui » que « j’ai sauvé trois enfants et la noyade alors que je faisais une maraude ». Que ceux qui ne connaissent pas la légende du Colibri, bah…heu… la lisent ! (Résumé parce qu’on est sympas : si chacun fait sa part, ça finit par peser.)

L’astuce de MakeSense STORIES : 

IBoycott est une plateforme qui recense les différentes entreprises qui ont tendance à faire des trucs pas sympas pour la planète et pour les gens qui bossent avec eux.

 

#6 « Je me sens submergée par l’ampleur des problèmes de ce monde et j’ai envie de me réfugier sous ma couette jusqu’à l’apocalypse »

via GIPHY

Bah oui, c’est sûr, on a tous envie de s’entourer de chatons et d’un grand bol de chocolat chaud après avoir regardé ce documentaire sur le glyphosate. Mais c’est magique, regarde toutes les choses que tu peux faire pour lutter pour cette cause ! Notre petite contribution à deux sous : ça ne sert pas à grand chose de se saturer d’informations à propos de catastrophes quand on ne dit même pas bonjour à son boulanger (on ne dit pas qu’il faut pas se tenir au courant, hein ?). Restreindre son cercle d’information aux seules choses sur lesquelles on peut avoir une action concrète peut aider à contrer ce sentiment d’impuissance. Lisez la presse locale. Baladez-vous dans votre quartier. Discutez avec les gens. Demandez un service à un SDF.

 

#7 « Y’a que le vote et les politiques qui ont vraiment le pouvoir de faire changer les choses »

Certes, les politiques publiques, que ce soit au niveau national ou local continuent à avoir une influence majeure sur nos vies. Mais, justement, ça n’empêche pas de vouloir agir à son niveau ! Cf. les points #1, #2, #3, #4, #5, #6, #8, #9, #10, #11.

 

#8 « De toute façon, on est foutuS, l’apocalypse est à nos portes, tremblez, pauvres fous ! »

via GIPHY

Oui, bon, on en va pas non plus nier que ça va être compliqué. Raison de plus pour y aller à fond. Quitte donc ce bullshit job à La Défense et deviens sauveteur de baleine. Si tu as envie de sauter le pas et faire autre chose que remplir des tableurs Excel toute la journée, voici plusieurs plateformes qui proposent des alternatives qui te feront sentir utile avant *insérer ici un scénario dystopique*.

L’astuce de MakeSense STORIES : 

> Tu veux monter ton entreprise sociale, participe à une SenseFiction !

> Tente ta chance auprès du programme On Purpose,
> Trouve un job sur le bien-nommé « Fuyons La Défense »,
> Trouve un job avec Vendredi et tu passeras, un jour de ta semaine sur cinq (le vendredi) au sein d’une asso ou d’une entreprise sociale,
> Pars faire un tour du monde des initiatives solidaires

> Option radicale : fais comme Ophélie et pars vivre dans un ferme de permaculture.

#10 « Ils nous font ch°°° les bobos avec leur envie de sauver le monde en mangeant des graines de courge, bande de sales bisounours « 

via GIPHY

Ouais, ils sont relous. Ouais c’est plus facile d’être écolo et de vouloir changer le monde quand on ne cumule pas deux tafs et qu’on commence pas ses journées à 5h du matin. N’empêche, si chacun essaie à son échelle de faire bouger les choses, même si c’est en mangeant des graines de courge, c’est mieux que de ne rien faire, non ?

 

#11 « J’ai besoin de lire l’intégralE de Marx et EngelS pour bien comprendre pourquoi je dois m’engager »

Bonne lecture !

 

#12 « S’engager pour le bien de l’humanité, c’est vraiment trop compliqué »

via GIPHY

Plus maintenant ! Grâce à ce merveilleux top tu as plein de pistes pour te lancer ! Et pour de vrai, si aucune de ces raison as réussi à te convaincue, viens donc boire un café au SenseSpace Paris !

 

En attendant tu peux t’engager auprès d’une de ces causes :