Écrit par La Fabrique Aviva

Cet article vous est proposé par la Fabrique Aviva et MakeSense. 

 

Un bar où l’on joue à Shifumi avec son voisin, une association qui propose des cours de théâtre menés par des réfugiés…. On reproche à nos villes et au numérique de nous mettre dans des bulles mais les occasions de sortir de sa zone de confort et de se rapprocher de ses voisins sont plus nombreuses qu’on ne le croit ! Petit tour d’horizon des projets qui rapprochent les gens des gens.

#1 Kawaa

Kawaa fait le constat d’un paradoxe : de plus en plus connectés grâce aux nouvelles technologies, nous prenons de moins en moins le temps de nous rencontrer et d’échanger en chair et en os. Nos gadgets sont merveilleux si on les utilise pour faciliter et nourrir les relations entre les gens, beaucoup moins s’ils ne font que nous isoler.

Comment favoriser les rencontres « IRL » (In Real Life) ? Kawaa offre une réponse via une plateforme collaborative qui rassemble tous les outils pour réussir l’organisation de rencontres dans la vie réelle autour des centres d’intérêt de chacun, que ce soit un atelier d’initiation à la magie, un atelier de créativité pour aider un entrepreneur ou un simple café pour refaire le monde !

La Fabrique Aviva revient !

Redécouvrez les gagnants de l’année dernière et préparez-vous pour la nouvelle édition !

#2 Social bar

Un social bar… celui qui a trouvé le nom de ce bar n’avait pas peur des pléonasmes. Pourtant, même si on va rarement dans un bar pour faire l’expérience de la solitude (pour ça on peut aller vivre dans un igloo sur la banquise ou se déguiser en faucheuse alors que ce n’est pas Halloween), la majorité du temps, on papote entre amis sans se mélanger aux autres assoiffés qui nous entourent. Et qui sait, peut-être se cache parmi eux un potentiel futur ami ou amoureux, ou simplement une bonne discussion…

Le Social Bar fait une double promesse : celle de nous aider à nous rapprocher de nos camarades de bar, à l’aide de défis plus ou moins loufoques (coucou le Shifumi géant) et celle d’être solidaire en reversant la moitié de ses revenus à des associations.

 

#3 Le Carillon

Être SDF dans une grande ville, ça veut dire manquer d’un toit mais aussi de certains services de première nécessité comme pouvoir charger son téléphone, aller aux toilettes, utiliser internet… Le Carillon est un réseau de commerçants qui proposent ces services solidaires aux SDF. Pour cela, il leur suffit de coller un sticker sur la vitrine symbolisant le service proposé. Ces petites actions « attestent de la bienveillance aux plus démunis » de la part des commerçants et contribuent à améliorer l’image que les SDF ont d’eux-mêmes (83% des SDF ressentent le rejet des passants et commerçants (étude BVA /Emmaüs).

Le Carillon est présent à Paris, Lille, Nantes, Lyon, Marseille et Nantes et compte plus de 570 commerçants dans son réseau. Ils sont toujours à la recherche de nouveaux bénévoles.

 

#4 Singa

« Construire avec les réfugiés pour la société d’accueil ». Ce beau leitmotiv est celui de Singa, une association de plus de 20 000 membres qui offre une nouvelle perspective sur notre relation aux réfugiés : ils ont certes besoin d’aide mais ont surtout beaucoup à nous apporter. C’est dans cette dynamique que leur programme Passions propose aux réfugiés de participer mais aussi de mener des cours de théâtre, de musique…

Singa a également fondé la plateforme CALM qui met en relation des personnes réfugiées qui cherchent un toit et des familles d’accueil. Loin d’être de simples hébergeurs, les familles doivent partager une vie sociale active avec les réfugiés qu’elles hébergent.

 

#5 Générations Cobayes

Une association qui rassemble des jeunes qui en ont marre qu’on les prenne pour des quiches ? Comment ? En utilisant un ton décalé et humoristique, parce que, bon, parler des graines, c’est passionnant mais pas autant que d’autres sujets… « Avant vous pensiez que l’écologie c’était pour les mangeurs de graines, puis le mouvement Générations Cobayes a inventé l’éco-orgasme… » Les bénévoles de Génération Cobayes parcourent la France, organisent des apéros, des ateliers, des conférences, des projections pour apprendre à « te faire du bien sans te faire de mal ». 65 000 sympathisants, 1 500 bénévoles dans 15 villes et des dizaines de projets qui rapprochent les gens des gens en les faisant rire et réfléchir sur des sujets qui les touchent.

 

#6 CetteFamille

La maison de retraite comme réponse unique pour héberger les vieux qui se retrouvent en situation de dépendance ? Faux ! D’autres solutions proposent des alternatives pour les seniors qui ne souhaitent pas jouer au Bingo tous les dimanches. CetteFamille met en lien des familles d’accueil qualifiées et des personnes âgées favorisant ainsi le lien inter-générationnel, plusieurs générations se retrouvant dans un même foyer.

 

#7 Konexio

Comment aider l’intégration dans le monde du travail des personnes éloignées de l’emploi, notamment les réfugiés ? En leur donnant les outils et les compétences pour les aider à trouver du travail ! C’est la mission que Konexio s’est donnée en promouvant l’inclusion des personnes réfugiées grâce à l’innovation et la technologie. Des programmes pédagogiques donnent aux réfugiés des compétences essentielles en informatique et en numérique, mais aussi des opportunités professionnelles, et un réseau de soutien.

Une véritable communauté s’est créee qui encourage les membres à partager leur culture, avec notamment des soirées rencontres autour de la culture soudanaise et du rôle de la langue dans la construction des sociétés.

 

#8 Les Talents d’Alphonse 

Rapprocher les générations en proposant aux retraités de donner des cours de langues ou de couture, de photographie aux plus jeunes ? C’est la très bonne idée des Talents d’Alphonse qui met en relation jeunes et vieux sur une plateforme de cours en ligne. Car oui, du haut de leur expérience, les vieux ont de la connaissance à revendre et ne sont pas des assistés ! Au contraire ! Chaque mois l’équipe des Talents d’Alphonse organise des soirées inter-générationnelles, dont la dernière, sur le thème du « disco », a laissé des paillettes dans les yeux de plus d’un des participants. Après Paris, ils viennent d’ouvrir une antenne à Lille.

 

#9 Les Petites Cantines

Comment lutter contre la solitude en ville ? En créant des « petites cantines » de quartier où l’on peut manger avec ses voisins dans la convivialité et la bonne humeur et ainsi recréer du lien social autour d’un bon repas.

Le maître de maison accueille les invités et leur demande de participer à la vie du lieu, de cuisiner (bio si possible), et même d’aller s’approvisionner dans les commerces alentours. Un peu comme si c’était la « fête des voisins tous les jours » (dixit Etienne Thouvenot, le co-fondateur de l’association).

 

#10 DiscoSoupe

Disco Soupe est une asso qui lutte contre le gaspillage alimentaire par la convivialité. Paradoxalement le moyen est presque devenu une fin en soi et beaucoup organisent des disco soupes pour créer du lien dans la rue, un hôpital, un centre d’accueil pour les réfugiés. C’est peut-être une des choses les plus universellement partagées : le plaisir de se réunir pour manger et écouter de la musique, cela transcende les couleurs, les langues ou les cultures. Preuve de leur succès ? Plus de 100 villes ont accueilli des Disco Soupes partout en France.

Vous êtes en train de monter votre projet et souhaitez un coup de pouce, allez jeter un oeil à la Fabrique Aviva !