Écrit par Sense Reporter

Quand l’équipe de Générations Cobayes lance une étude sur la jeunesse, on peut s’attendre à un questionnaire un peu plus cool qu’un quizz de Voici. Effectivement, on s’est enfilé les 110 questions (!) et à notre grande surprise : A) ça passe crème en 7 minutes chrono B) répondre à l’enquête, c’est #QueDuBonheur, et c’est déjà en apprendre sur soi-même.
Après un tel interrogatoire, à nous de poser quelques questions à leur auteurs :

banniere-generations-cobayes-dude_a_poil_0

C’est quoi cette enquête? Vous interrogez qui? Qu’est-ce que vous en attendez?

L’enquête #quedubonheur, c’est la première enquête nationale qui vise à évaluer le niveau de bonheur des 18-35 ans en France, leurs aspirations réelles et leurs priorités dans
la vie. L’une de nos motivations était de pouvoir réaliser la première étude sur les jeunes conçue par des jeunes, enfin une enquête qui ne serait pas menée par d’autres générations qui essayent de se rassurer parce qu’elles ne nous comprennent pas en nous collant des étiquettes de Générations Y comme-ci, Génération Y comme ça… On s’est fixé comme défi de collecter 50 000 réponses avant le 31 octobre. Il reste 5 jours et plus de 46 000 personnes ont déjà répondu. (ndlr : Rendez-vous ici rapidos)

Qu’allez-vous faire des résultats? Vous militez pour l’indice de Que Du Bonheur National Brut?

L’ambition de cette mobilisation, à quelques mois des élections présidentielles, est de faire entendre aux décideurs politiques et économiques ce qui compte vraiment pour les 18-35 ans. En décembre, Générations Cobayes leur remettra un Manifeste du bonheur des jeunes. Pour nous, cette campagne est aussi l’occasion pour notre génération de soutenir que le bien-être citoyen doit être replacé au cœur du débat démocratique. Il s’agit, entre autre, d’alerter les candidats aux présidentielles 2017 sur l’absence du bien-être et des vraies préoccupations des jeunes dans les programmes électoraux politiques et syndicaux, données à l’appui.

que du bonheur couple

On a regardé les premiers résultats et cela nous a surpris de voir des réponses globalement aussi positives, alors que c’est quand même très Français de se plaindre. Pourquoi?

Ce qui ressort de l’enquête, c’est effectivement que les jeunes sont globalement heureux puisque 89% des répondants considèrent qu’ils le sont. En revanche notre génération semble avoir une vision assez critique et assez pessimiste du contexte sociétal dans lequel elle évolue. 69% des répondants à l’enquête n’ont pas confiance en l’avenir de la France. 37% pensent que leur vie sera plus difficile que celle de leurs parents. Et seulement la moitié déclarent qu’ils sont satisfaits de leur vie. Notre perception du contexte extérieur n’a visiblement pas d’impact sur notre capacité à être heureux. Nous avons conscience que les facteurs externes ne sont pas optimaux, c’est pour ça que nous ne sommes pas si nombreux à déclarer être satisfaits de notre vie. En revanche nous considérons qu’être heureux est davantage une attitude personnelle. 83% pensent qu’il ne tient qu’à eux d’être heureux. Notre génération semble considéré que le bonheur passe en priorité par leur développement personnel. On le voit bien dans les résultats sur le travail : nous ne sommes pas prêts à exercer une activité que nous n’aurions pas choisie. Nous sommes d’ailleurs une majorité à considérer notre activité professionnelle comme une source d’épanouissement personnel plutôt que comme un moyen de subsistance. Si il s’agit de travailler 80 000 heures dans une vie en moyenne, autant les employer à une activité qui a du sens pour nous. 85% des répondants estiment qu’il est primordial que leur activité professionnelle soit en accord avec leurs valeurs. 79% estiment qu’il est primordial que leur activité professionnelle les passionne.

Quelques résultats nous ont esbaubi, par exemple 12 semaines de vacances et 31h par semaine, les sondés sont des étudiants ou des idéalistes?

Ces résultats spécifiquement sont à prendre avec des pincettes car il s’agit de moyennes. Si tu pends en compte les médianes, tu arrives à des résultats un peu moins surprenants : le nombre de semaines de vacances souhaitées est de 10 et le nombre d’heures travaillées est de 35 heures. Ce qu’on peut retenir de ces résultats, c’est surtout la place du temps libre qui semble importante pour les jeunes interrogés dans la construction de leur bonheur. Notre génération a grandi avec la crise économique et semble quelque peu lassée par le culte du matérialisme, elle privilégie la richesse de l’expérience, le voyage et les loisirs plutôt que la belle voiture et l’écran plasma.

Quand seront publiés les résultats?

Les résultats seront publiés le 8 décembre. Ce jour-là, nous organisons une soirée réunissant plusieurs organisations de jeunesses partenaires de l’enquête, ainsi que les candidats à la présidentielle 2017 et des responsables syndicaux et économiques, pour échanger autour des résultats de cette grande enquête. La soirée se déroulera en 3 temps : présentation des résultats, le grand oral des candidats où chaque invité répond à 5 questions posées par différentes organisations de jeunesse, les présentations d’initiatives qui sont déjà mises en place par des jeunes aujourd’hui en France pour répondre aux attentes des répondants à l’enquête sur les questions de travail, de social, de loisirs etc.