MakeSense Galaxy 
Construisez votre expérience

2 février 2018

Que faire après avoir vu… Coco ?

Écrit par Louise Bernard

La toute dernière perle de Disney/Pixar, un conte fantastique et musical au décor inspiré du culte de la Fête des Morts mexicaine, est un succès public et critique haut en couleurs qui, qui l’eût cru, n’est pas complètement départi d’une certaine sensibilité culturelle.

 

Miguel est l’un des petits derniers d’une famille nombreuse détentrice d’un empire de la chaussure dans un petit village mexicain. Sa passion dans la vie, c’est la musique : il rêve de jouer devant un public en délire, mais ses proches, aimants et tolérants par ailleurs, refusent catégoriquement de le laisser jouer ou écouter la moindre note. Miguel voit ses espoirs brisés nets, et en est réduit à se cacher pour gratter sa guitare de fortune.

Lorsque vient le Jour des Morts (Día de los Muertos), la commémoration syncrétique des défunts lors de laquelle les Mexicains nettoient les tombes de leurs ancêtres et leurs dédient des offrandes de fleurs et de nourriture, Miguel ne peut s’empêcher de profiter de l’ambiance de fête pour réaliser son rêve contre l’avis de sa famille : jouer de la musique. Mais, lors de cette fête où se rencontrent le monde des vivants et le monde des morts, le jeune garçon se retrouve par erreur de l’autre côté…

La persévérance et la passion du jeune garçon vont le conduire, à la suite de péripéties inouïes, à réconcilier son amour des siens et sa passion de la musique.Ce blockbuster américain n’a pas fini de vous surprendre : une image splendide, un souci du détail hors du commun, une musique plus que soignée, certes, mais ce n’est pas tout!

Très inspiré de la mythologie aztèque, Coco met en scène le premier héros Disney d’origine latino. Cela peut en partie expliquer qu’il soit devenu le plus grand succès national au box-office mexicain pour un film d’animation deux semaines après sa sortie. On ajoutera que cette fable sur la famille, la mort et le souvenir articule brillamment des thèmes d’une profondeur insoupçonnée, grâce à une narration ingénieuse et culturellement pertinente.

Le rouleau compresseur Disney-Pixar a donc réussi son pari, redorer son blason auprès d’un public qui ne pouvait jusqu’alors pas s’identifier aux protagonistes de ses longs-métrages. Non seulement la vision positive de la culture mexicaine dans le climat politique de l’ère Trump a suscité un engouement populaire quasi-immédiat – comme le montre le boom des ventes de guitares à Paracho, la capitale mexicaine de l’instrument – mais la firme de Mickey a même réussi à engager Lalo Alcaraz comme consultant, un dessinateur polémiste considéré jusqu’alors comme en guerre contre l’Empire Disney…

Récompensé aux Golden Globes et aux Critic’s Choice Award, favori pour les Oscars, Coco est une petite merveille d’émotion, qui porte un message de solidarité et d’émancipation fort, pas morbide pour deux pesos et truffé d’inventions folles. Malgré un scénario assez prévisible et un discours très américain sur le mérite individuel et la perpétuation d’un ordre social qui favorise les entrepreneurs et la célébrité facile même dans l’au-delà, c’est un cocktail réussi qu’il ne faut pas laisser passer.

Note ★★★★☆ Un film qui donne envie d’aller embrasser une mamie.


Passer à l’action

Si cette histoire vous donne envie d’agir, voici quelques idées :

Vous pensez qu’il faut impérativement améliorer la transmission intergénérationnelle? Intéressez-vous à CetteFamille, qui aide à l’accueil familial des personnes âgées, aux Talents d’Alphonse, qui mise sur le partage des talents et des expériences entre les générations, ou suivez le tour du monde des initiatives qui créent du lien d’Oldyssey. Malin! Vous aimeriez partager l’émotion forte d’un moment musical ? Inscrivez-vous aux ateliers musique de Singa, pour jammer avec des inconnus, réfugiés ou non, débutants ou experts, ou venez vous déhancher aux DiscoFugees. Entraînant!

Vous n’arrêtez pas de penser aux pétales d’oeillets d’Inde lumineux qui rendent Coco magique? Vous pourriez tomber amoureux.se de Glowee, la startup française qui utilise la bioluminescence pour éclairer nos villes à partir de micro-organismes marins, dans le respect de l’environnement. Brillant!


À propos de l’autrice : Louise Bernard est une Parisienne diplômée en commerce, grande adepte des salles obscures de la capitale. Elle sort parfois à la lumière du jour pour apprendre les rudiments de la permaculture, pour visiter le monde ou pour manifester.
#cinéphile #globetrotter #convergencedesluttes

 

Construisez votre expérience: Recevez des articles, des nouvelles, des événements qui comptent pour vous !

Lecture en cours
Que faire après avoir vu… Coco ?
x Fermer
Construisez votre expérience: Qu'est-ce qui vous intéresse ?
Future of Waste
Artistes engagés
Future of Energy

Construisez votre expérience

En sélectionnant des sujets, vous recevrez régulièrement des articles, des nouvelles, des événements liés à ce qui compte pour vous !

2. Choisissez !

Chargement…

Ca m'intéresse de m'engager pour changer les choses (Vous pouvez tout cocher :))

Je souhaite m'informer sur des sujets précis qui me tiennent à cœur (Vous pouvez tout cocher :))

Les sujets qui me tiennent réveillé(e) jusqu’à trop tard (Vous pouvez tout cocher :))